Frame, future maison des médias de mediapark.brussels

7 mars 2018
Copyright BAUKUNST - BRUTHERCopyright BAUKUNST - BRUTHERCopyright BAUKUNST - BRUTHERCopyright BAUKUNST - BRUTHERCopyright BAUKUNST - BRUTHERCopyright BAUKUNST - BRUTHERCopyright BAUKUNST - BRUTHERCopyright BAUKUNST - BRUTHERFrame, future maison des médias de mediapark.brussels

Le projet de l’association Baukunst (Bruxelles) - Bruther (Paris), lauréat de l’appel aux auteurs de projet organisé par la Société d’Aménagement Urbain (SAU) pour la construction de la « maison des médias » de mediapark.brussels, a été présenté ce mercredi par les architectes et les quatre futurs principaux occupants, en présence de Rudi Vervoort, le Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale, de Didier Gosuin, le ministre régional de l’Economie et de l’Emploi, et de Fadila Laanan, la Ministre-Présidente du Gouvernement francophone bruxellois.

Cet immeuble de quelque 10.000 m2 sera construit à l’angle du boulevard Reyers et de la rue Colonel Bourg, sur un terrain appartenant à la SAU.

Il accueillera :

  • la télévision régionale BX1 ;
  • screen.brussels ;
  • l’IHECS Academy ;
  • le Centre Vidéo de Bruxelles ;
  • une plateforme d’innovation comprenant un espace de co-working et un hôtel d’entreprises, l’ensemble dédié au secteur média/audiovisuel ;
  • un espace Horeca ouvert au public au rez-de-chaussée ;
  • des équipements mutualisés, dont un auditorium utilisable également comme salle de spectacle et de projection.

Le budget de construction s’élève à 16 millions d’euros HTVA, financés par la Région de Bruxelles-Capitale et le Fonds européen de Développement Régional (FEDER). La COCOF a, elle, débloqué près de 3 millions d’euros pour le redéploiement de BX1 dans mediapark.brussels.

La SAU et les quatre futurs occupants principaux ont décidé de baptiser l’immeuble Frame (Brussels media community). Frame fait référence : au cadre, au cadrage d’image, dans les médias visuels ; à la trame dans le webdesign ; au cadre que le bâtiment offre pour l’essor d’un écosystème orienté médias ; à la forme et à la structure de la façade principale, côté Diamant ; à la « fenêtre » sur mediapark.brussels que constituera cet immeuble. Brussels media community exprime le caractère bruxellois, l’ambition partagée, la spécialisation médias de l’écosystème dynamique et ouvert sur lequel repose ce projet collectif.

Une vitrine de mediapark.brussels

Frame sera l’un des premiers nouveaux bâtiments de mediapark.brussels. Il s’agira d’un immeuble phare de ce nouveau quartier créatif bruxellois dédié aux médias. Sa qualité architecturale constituera, à la fois, un facteur d’attractivité pour d’éventuels autres utilisateurs et un standard qualitatif pour les futurs développements de cet ambitieux redéploiement urbain.

Les architectes travaillent à présent sur le projet définitif. La SAU prévoit d’introduire la demande de permis de bâtir en juillet 2018 et d’entamer les travaux en 2019. Le bâtiment devrait être terminé et ses occupants s’y installer en 2021. 

Compte tenu de l’intégration de divers opérateurs et de multiples fonctions et services au sein d’un même immeuble, il s’agira également d’une « vitrine » de mediapark.brussels, une sorte de « mediapark.brussels en petit ». Frame sera, d’ailleurs, la première plateforme belge collaborative publique/privée/académique dédiée aux médias, à l’audiovisuel et à la communication. Frame se positionne ainsi comme l’intégrateur de référence pour les professionnels des médias, de l’audiovisuel et de la communication à Bruxelles.

Reconfigurer un quartier pour renforcer un écosystème

Le Ministre-Président Rudi Vervoort explique que « Frame contribuera donc clairement à la volonté de la Région de Bruxelles-Capitale de renforcer son écosystème des médias et de la communication. Ceci en mettant à profit la décision de la RTBF et de la VRT de libérer une bonne partie des 20 hectares qu’elles occupent aujourd’hui en redéployant leurs activités dans deux nouveaux quartiers généraux, à construire, dans les toutes prochaines années, juste à l’arrière de leur immeuble commun actuel. En septembre 2017, la Région a acheté le site des radio-télévisions publiques. Autour des futurs nouveaux sièges de la VRT (55.000 m²) et de la RTBF (38.000 m²), elle va organiser le développement progressif de 2.000 à 2.500 futurs nouveaux logements, de surfaces pour accueillir de nouvelles entreprises des secteurs des médias et de la communication (30.000 m²), d’équipements de proximité (commerces, école, crèche…), d’un parc de 8 hectares, etc. Soit plus de 300.000 m² à construire au total, qui seront reconnectés aux quartiers limitrophes en supprimant les clôtures de l’actuel site des radio-télévisions publiques. »

Le ministre régional de l’Economie et de l’Emploi Didier Gosuin rappelle que « À lui seul, le secteur des médias bruxellois emploie environ 16.000 personnes et génère 40% de la valeur ajoutée nette sectorielle produite en Belgique. Une part très significative de ces activités se concentre dans le quartier Reyers-Meiser avec près de 60 entreprises et 5.000 travailleurs des médias. On comprend donc tout l’intérêt d’investir dans ce secteur porteur, pas seulement en termes de financement disponible pour les productions audiovisuelles, mais également en termes d’accompagnement de tous les acteurs de cette filière économique, en particulier les entreprises. C’est le rôle du screen.brussels cluster. »

Fadila Laanan, la Ministre-Présidente du Gouvernement francophone bruxellois, souligne, quant à elle, que la COCOF a décidé d'octroyer près de 3 millions d’euros pour le redéploiement de la chaîne de télévision régionale francophone bruxelloise BX1 dans mediapark.brussels. « Il s’agit d’une opportunité immanquable de positionner un acteur incontournable de la scène bruxelloise à l’intérieur de ce pôle intégré. L’intégration de BX1 dans ce projet permettra de développer une multitude de rapprochements avec les partenaires du secteur, mais aussi d'encourager les synergies et les économies d'échelle au niveau de l’exploitation des ressources et du développement de nouveaux projets. BX1 ancre ses valeurs dans sa mission de service public, qui la conduit à diffuser des contenus télévisuels d’information en favorisant le développement culturel, l’éducation permanente et la participation de la population. Je suis ravie de lui permettre d’alimenter l’écosystème qui se met en place dans Frame avec ces valeurs qui me sont chères, à moi aussi. »

Une équipe belgo-française sélectionnée parmi les 51 candidatures

Gilles Delforge, le directeur de la SAU, se réjouit « du grand intérêt qu’a suscité le concours d’architecture pour cet immeuble-phare de mediapark.brussels. En avril 2017, nous avions reçu 51 dossiers de candidatures de grande qualité dans le cadre de l’appel aux auteurs de projet. Une partie des équipes pluridisciplinaires étaient belges, d’autres émanaient de divers pays européens (France, Allemagne, Espagne, Royaume Uni, Pays-Bas…) et certaines étaient constituées de groupements internationaux d’entreprises issues de ces pays. Cela dénote l’attention importante que soulève le développement de mediapark.brussels, dont Frame deviendra une vitrine. La SAU se réjouit par ailleurs de l’excellente collaboration avec les quatre futurs occupants principaux, dont elle veille à intégrer au mieux les besoins en coordonnant ce projet, dont elle assure la maîtrise d’ouvrage ».

L’équipe pluridisciplinaire sélectionnée parmi les 51 candidatures reçues par la SAU est la suivante :

  • Baukunst sprlu  - Architecture - Forest
  • Bruther sarl - Architecture - Paris
  • Bollinger+Grohmann sarl - Stabilité - Paris
  • Bureau d'études Pierre Berger - Techniques spéciales et Coordinateur performances énergétiques du bâtiment - Chaudfontaine
  • Georges Brutsaert architects Sprl - Coordinateur sécurité et santé - Ottignies-Louvain-la-Neuve
  • Kalhe acoustics - Acoustique - Ixelles
  • Gielen Bjorn landinzicht GCV - Paysage - Forest
  • Le roi nu sprl  - Designer textile - Forest

L’architecte belge Adrien Verschuere, fondateur du bureau BAUKUNST, explique que son projet « questionne la présence de l’image et de l’information exposant notre société contemporaine, tout autant que son développement futur et les changements de paradigmes qu’ils suscitent. Engagée dans un inexorable mouvement de dématérialisation de ses supports, cet environnement médiatique a paradoxalement besoin d’affirmer et de manifester sa présence. Le projet s’enrichit de ce paradoxe : matérialiser la présence d’un contenu voué à son immatérialité.
Notre proposition soutient cette question par le biais des outils dont disposent la ville et l’architecture ; situés entre la permanence de l’environnement qu’il construit et la versatilité des façons de l’habiter. Il offre un cadre de vie ambitieux et suscite les synergies au sein d’un lieu voué à une communauté multiple, ouvert sur les besoins futurs, tant à l’échelle urbaine qu’architecturale.
Ces enjeux se traduisent par une intervention forte qui affirme la visibilité d’une activité et d’un site en devenir tout en constituant une plateforme d’échange souple et appropriable pour chacun. Au-delà de sa relative neutralité, le projet contextualise la disparité de son voisinage urbain ainsi que la mixité des pratiques qu’il abrite et accueillera dans le futur ».

Les architectes français Alexandre Theriot et Stéphanie Bru, fondateurs du bureau parisien BRUTHER, précisent que « La collaboration « Baukunst-Bruther » pour la maison des médias à Bruxelles s’inscrit dans le prolongement de projets d’envergure, tels que le nouveau bâtiment pour les Sciences de la Vie sur le campus UNIL-EPFL à Lausanne (CH) ou la construction d’une résidence étudiante sur le campus de Saclay à Palaiseau (FR). Forte de valeurs communes et d’une indéniable complémentarité, notre collaboration franco-belge s’enrichit en outre de sa nature internationale ; concevoir et construire « à deux pays » la maison des médias à Bruxelles renforce de facto le caractère européen de ce bâtiment. Au sein d’un environnement urbain en plein renouvellement, l’édifice établit un dialogue subtil avec son site pour devenir une figure architecturale emblématique d’un quartier créatif. Emblème d’un domaine mouvant en constante évolution, le bâtiment offre une grande flexibilité et assure ainsi une pertinence des usages à long terme, notamment  en introduisant de vastes plateaux libres et modulables ». Selon eux, il fallait « Imaginer un lieu à la rencontre de tous les flux, à la rencontre des idées, des rêves, des investisseurs et des visiteurs. Créer un lieu de tous les usages, de tous les échanges, de toutes les interdisciplinarités. Envisager la maison des médias comme un lieu d’expression, d’épanouissement et de liberté. »

Les « fab four » bruxellois de Frame

Pour Marc de Haan, le directeur général de BX1, « S’installer à cet endroit, dans ce bâtiment, s’imposait comme une évidence pour BX1, qui envisage désormais son bâtiment comme un tableau noir sur lequel on peut sans difficulté écrire, effacer, et réécrire les nouvelles manières de produire des contenus médiatiques. »

Le directeur général de screen.brussels, Noël Magis, considère qu’« Un des enjeux du bâtiment Frame, c’est de développer une architecture et des aménagements qui favorisent  de nouvelles interactions sociales entre les différents acteurs de la filière. En facilitant au maximum le mode de fonctionnement par projets, il  permettra de créer des solutions et de contenus innovants fertilisés par ce nouveau mode de « travailler ensemble ». »

Administrateur général de l’IHECS, Jean-François Raskin, note que « Cette implantation est idéale pour l’IHECS Academy car le centre de formation continue et de recherches adossé à l’IHECS se veut à la pointe des avancées les plus récentes en matière de communication et d'information. Sa spécificité est d’offrir une formation centrée sur le concret, la pratique, les réalités professionnelles. Et d’être à l’écoute d’un monde de la communication qui change, de bouleversements technologiques qui appellent une valorisation accrue du facteur humain. »

Michel Steyaert, le directeur du Centre Vidéo de Bruxelles, note que « La présence du CVB aux côtés de BX1, screen.brussels et du centre de formation de l'IHECS dans le projet Frame fait sens dans notre souci, au coeur même de notre activité, de croiser les approches et les secteurs, de travailler les enjeux de société particulièrement à l'œuvre dans les grandes métropoles, de questionner le pouvoir de l'image et sa relation au réel, de donner au spectateur-citoyen un outil à haute valeur ajoutée pour penser sa relation à son environnement proche et lointain. »

Frame et mediapark.brussels au MIPIM 2018

La semaine prochaine, mediapark.brussels sera le thème de l’événement majeur organisé chaque année au MIPIM par la Région de Bruxelles-Capitale, le traditionnel « Breakfast in Brussels » qui réunit plusieurs centaines de professionnels de l’immobilier. Les ambitions publiques et privées partagées pour mediapark.brussels seront évoquées le jeudi 15 mars, lors d’une rencontre intitulée « mediapark.brussels: opportunités d’investissement, projets publics et implications privées dans le futur nouveau quartier créatif de Bruxelles ». Plus d’infos ici.

Plus d'infos sur

La SAU a sélectionné le pilote de la gestion transitoire du site Usquare.brussels

27 septembre 2018

La Société d’Aménagement Urbain (SAU) a désigné le prestataire qui sera chargé d’une mission de coordination, de dynamisation et de gestion transitoire du site de l’ancienne école de gendarmerie, située au coin du boulevard Général Jacques et de l’Avenue de la Couronne, à...

Lire la suite

La SAU effectue des travaux de maintenance sur le site Usquare.brussels

10 septembre 2018

La Société d’Aménagement Urbain (SAU) vient d’entamer des travaux de remise en état (adduction d'eau, électricité...) en vue de la future occupation transitoire du site Usquare.brussels. Le chantier est mené par un entrepreneur désigné par la SAU dans le cadre d’un marché public...

Lire la suite

La SAU recrute

30 août 2018

Pour compléter son équipe, la Société d’Aménagement Urbain cherche un

 

CV et...

Lire la suite